You are using an outdated browser. We suggest you update your browser for a better experience. Click here for update.
Close this notification.
Skip to main content Skip to search

COVID-19: Obtenez les dernières mises à jour ou faites une autoévaluation.

Maladie rénale chronique à un stade avancé – Données sur le rendement du système

Une faible proportion des personnes atteintes d’une maladie rénale chronique présentent une forme avancée (aggravée) de la maladie, ce qui les expose à un risque particulièrement élevé d’évolution vers un stade terminal. Ces personnes peuvent être identifiées en vérifiant leur fonction rénale et la concentration de protéines dans leur urine. Il est important d’orienter ces personnes vers une clinique rénale polyvalente pour les aider à gérer leur maladie et à faire les choix de traitement qui leur conviennent le mieux.

Orientation vers une clinique rénale polyvalente

Résultats

En 2019-2020, parmi les nouveaux patients atteints d’une maladie rénale chronique à un stade avancé qui étaient suivis par un néphrologue, 57,6 % ont été orientés vers une clinique rénale polyvalente. Une cible provinciale de 70 % a été établie pour cet indicateur en 2020-2021.

Raisons de leur importance

Les personnes atteintes d’une maladie rénale chronique à un stade avancé qui évolue vers un stade terminal doivent prendre des décisions cruciales, éprouvantes et souvent complexes au sujet de leur traitement futur. Cela nécessite une prise en charge pluridisciplinaire spécialisée et la préparation de traitements tels que la dialyse, la greffe ou les soins conservateurs. Cette prise en charge peut être assurée dans des cliniques appelées cliniques rénales polyvalentes. Le personnel de la clinique comprend des néphrologues, des infirmiers et infirmières, des diététistes, des travailleurs sociaux et des pharmaciens.

Voir la page Orientation vers une clinique rénale polyvalente – méthodologie de l’indicateur pour obtenir de plus amples renseignements techniques.

Sources de données
Système de production de rapports sur les maladies rénales de l’Ontario, Système d’information de laboratoire de l’Ontario, Base de données résumée sur les congés, Système national de signalement des soins ambulatoires, Base de données sur les personnes inscrites, Base de données sur les demandes de règlement de l’Assurance-santé de l’Ontario, Base de données centrale sur les fournisseurs de services de santé, Liste des néphrologues du Réseau rénal de l’Ontario

Pourcentage de nouveaux patients orientés vers une clinique rénale polyvalente parmi les personnes atteintes d’une maladie rénale chronique à un stade avancé qui étaient suivis par un néphrologue, en Ontario, sur la période allant de 2014-2015 à 2019-2020
Exercice financier Pourcentage de patients
EF 2014-2015 69,2 %
EF 2015-2016 71,5 %
EF 2016-2017 70,1 %
EF 2017-2018 64,5 %
EF 2018-2019 60,1 %
EF 2019-2020 57,6 %

Sources de données
Système de production de rapports sur les maladies rénales de l’Ontario, Système d’information de laboratoire de l’Ontario, Base de données résumée sur les congés, Système national de signalement des soins ambulatoires, Base de données sur les personnes inscrites, Base de données sur les demandes de règlement de l’Assurance-santé de l’Ontario, Base de données centrale sur les fournisseurs de services de santé, Liste des néphrologues du Réseau rénal de l’Ontario

Amélioration des soins en Ontario

Nous étudions les raisons pour lesquelles les patients sont orientés trop tard ou ne sont jamais orientés vers des cliniques rénales polyvalentes, et nous cernons des initiatives provinciales visant à améliorer l’accès à ces cliniques et leur utilisation.

Temps passé dans une clinique rénale polyvalente avant l’initiation d’un traitement de dialyse

Résultats

Parmi les personnes qui ont commencé un traitement de dialyse chronique en Ontario au troisième trimestre (T3) de l’exercice 2020-2021, 68,7 % avaient reçu des soins d’une clinique rénale polyvalente pendant au moins 12 mois. Bien que ce pourcentage ait augmenté par rapport au troisième trimestre de l’exercice 2015-2016 (57,4 %), il est demeuré inférieur à la cible provinciale de 75 % établie en 2019-2020.

Raisons de leur importance

Grâce à des analyses et à des consultations de spécialistes, nous avons constaté une amélioration des résultats cliniques des patients qui ont reçu des soins dans une clinique rénale polyvalente pendant au moins 12 mois avant l’initiation du traitement de dialyse, suggérant qu’il s’agit d’une quantité raisonnable de soins et d’éducation pluridisciplinaires pour la préparation à la dialyse.

Voir la page Soins dans une clinique rénale polyvalente avant le début de la dialyse – Méthodologie de l’indicateur pour obtenir de plus amples renseignements techniques.

Sources de données
Système de production de rapports sur les maladies rénales de l’Ontario, Réseau Trillium pour le don de vie

Pourcentage de personnes qui ont reçu des soins dans une clinique rénale polyvalente pendant au moins 12 mois, parmi celles qui ont commencé un traitement de dialyse chronique, en Ontario, entre le T3 de l’exercice 2015-2016 et le T3 de l’exercice 2020-2021
Trimestre d’exercice Pourcentage de patients
T3 2015-2016 57,4 %
T3 2016-2017 62,4 %
T3 2017-2018 66,7 %
T3 2018-2019 66,6 %
T3 2019-2020 68,8 %
T3 2020-2021 68,7 %

Sources de données
Système de production de rapports sur les maladies rénales de l’Ontario, Réseau Trillium pour le don de vie

Amélioration des soins en Ontario

Nous :

  • collaborons avec les programmes rénaux régionaux et les néphrologues pour promouvoir l’orientation en temps opportun vers des cliniques rénales polyvalentes;
  • lançons une communauté de pratique des cliniques rénales polyvalentes et un rapport à indicateurs multiples pour appuyer les programmes rénaux régionaux dans l’amélioration de l’accès, de la qualité des soins et de l’expérience des patients liés aux cliniques rénales polyvalentes.

Report de l’initiation de la dialyse

Résultats

Parmi les personnes qui ont commencé leur traitement de dialyse chronique au troisième trimestre (T3) de l’exercice 2020-2021, 78,0 % ont commencé le traitement à un stade approprié de maladie rénale chronique. Ce pourcentage est en hausse par rapport au troisième trimestre de l’exercice 2015-2016 (68,8 %) et a dépassé la cible provinciale de 75 % établie en 2016-2017.

Raisons de leur importance

Les données probantes ne révèlent aucun lien entre une stratégie d’initiation précoce de la dialyse et de meilleurs résultats ou une meilleure qualité de vie pour les personnes atteintes d’une maladie rénale en phase terminale. Une meilleure stratégie consisterait à différer le début de la dialyse. Pour la plupart des personnes atteintes d’une maladie rénale chronique, l’initiation de la dialyse est jugée appropriée lorsque leur taux estimatif de filtration glomérulaire (TeFG) est inférieur ou égal à 9,5 ml/min/1,73 m2. Le TeFG est une mesure de la fonction rénale.

Voir la page Commencer la dialyse au stade approprié de la maladie rénale – méthode d'indicateur pour obtenir de plus amples renseignements techniques.

Source de données
Système de production de rapports sur les maladies rénales de l’Ontario

Pourcentage de personnes, parmi toutes celles ayant commencé leur traitement de dialyse chronique, qui ont commencé leur dialyse avec un TeFG inférieur ou égal à 9,5 ml/min/1,73m2, en Ontario, entre le T3 de l’exercice 2015-2016 et le T3 de l’exercice 2020-2021
Trimestre d’exercice Pourcentage de patients
T3 2015-2016 68,8 %
T3 2016-2017 69,5 %
T3 2017-2018 72,5 %
T3 2018-2019 74,2 %
T3 2019-2020 76,2 %
T3 2020-2021 78,0 %

Source de données
Système de production de rapports sur les maladies rénales de l’Ontario

Amélioration des soins en Ontario

Pour encourager le recours à une stratégie de dialyse différée, nous :

  • échangeons les données probantes relatives à la dialyse différée avec les équipes de soins des cliniques rénales polyvalentes;
  • fournissons des rapports détaillés pour appuyer les initiatives d’amélioration locales.

Remerciements

Cette analyse a été appuyée par l’Institute for Clinical Evaluative Sciences (ICES), qui est financé par une subvention annuelle du ministère de la Santé de l’Ontario. Les opinions, les résultats et les conclusions présentés dans le présent document n’engagent que les auteurs et sont indépendants des sources de financement. Aucune approbation de l’ICES ou du ministère de la Santé de l’Ontario n’est indiquée ou ne devrait être sous-entendue.

Certaines parties du présent matériel sont fondées sur des données et des renseignements compilés et fournis par l’Institut canadien d’information sur la santé. Cependant, les analyses, les conclusions, les opinions et les déclarations présentées sur cette page n’engagent que l’auteur, et ne reflètent pas nécessairement celles de l’Institut canadien d’information sur la santé.

Nous tenons à remercier le ministère de la Santé de l’Ontario pour son appui. Les opinions exprimées dans le présent rapport n’engagent que les auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du ministère de la Santé de l’Ontario. 

Nous reconnaissons que les données utilisées dans la présente publication ont été fournies par le Réseau Trillium pour le don de vie, Santé Ontario, qui est financé par le gouvernement de l’Ontario. Les analyses, les conclusions, les opinions et les déclarations présentées dans le matériel n’engagent que les auteurs, et ne reflètent pas nécessairement celles du Réseau Trillium pour le don de vie.